+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888
English
Français
Deutsch
Italiano
Español
Русский
中国
Português
日本

Les ‘Peintures noires’ de Francisco Goya

FREE Shipping. FREE Returns All the time. See details.


Les ‘Peintures noires’ de Francisco Goya Les ‘Peintures noires’ de Francisco Goya
Les ‘Peintures noires’ de Francisco Goya
Les ‘Peintures noires’ de Francisco Goya Les ‘Peintures noires’ de Francisco Goya Les ‘Peintures noires’ de Francisco Goya
 
  Les ‘Peintures noires’ de Francisco de Goya n’ont pas toujours été au centre d’une attention médiatique de l’ampleur de celle qu’on leur connaît aujourd’hui. Au contraire, largement ignorées du grand public, elles ont longtemps été marginalisées dans l’ensemble du discours produit sur l’œuvre de Goya. Il fallut attendre la seconde moitié du XXe siècle et le célèbre ouvrage de Malraux pour assister à leur pleine réhabilitation esthétique.
 
 

Une dizaine d'années après les guerres napoléoniennes et après avoir perdu complètement l'audition, Goya aigri et désabusé emménage dans une maison aux alentours de Madrid appelée la ‘Quinta del Sordo’ (la ferme des sourds). C'est là qu'il s'isole pour commencer à exprimer son désarroi en peignant à l'huile directement sur les murs de la maison.

Goya n'a jamais expliqué la création de ces peintures et ne les a pas intitulées. Depuis qu'elles ont été trouvées et qu'elles furent transférées sur toile pour les exposer au musée du Prado, des historiens ont donné à chacune des 14 peintures un nom ainsi que le nom de ‘peintures noires’ à l'ensemble de la collection. Cela a permis de pouvoir mieux les distinguer mais il est important de noter que ce n'était pas l'intention de l'artiste et que ces titres ne traduisent peut être pas ce que Goya voulait représenter.

Cette collection de 14 oeuvres pessimistes ont en commun le système de couleurs utilisé par l'artiste. Presque toutes comprennent un mélange de noir et de teintes marrons le tout illuminé par un jaune ocre faible pour mettre l'accent sur certains éléments. D'autres ne respectent pas ce schéma et comprennent du bleu, du rouge et du blanc.

Il y a un consensus dans la critique spécialisée pour proposer des causes psychologiques et sociales à la réalisation des Peintures noires. Parmi les premières, il y aurait eu la conscience de la déchéance physique du peintre, plus accentuée, si c’est possible, du fait de la coexistence avec une femme beaucoup plus jeune, Leocadia Weiss, et surtout les conséquences de la grave maladie de 1819, qui mit Goya dans un état de faiblesse et de proximité de la mort que reflètent le chromatisme et l’objet de ces œuvres.

En tout cas, la seule unité qu’on peut constater dans ces peintures à l’huile est un style constant. La composition de ces tableaux est très novatrice. Les figures sont pour la plupart décentrées, le cas extrême étant les ‘Têtes dans un paysage’, où quatre ou cinq têtes s’agglutinent dans le coin inférieur droit du tableau, semblant comme coupées ou sur le point de sortir du cadre. Un tel déséquilibre manifeste la grande modernité de la composition. De même, les masses de figures du ‘Pèlerinage à l’ermitage de San Isidro’ sont déportées (le groupe principal y apparaît à gauche), ainsi que ‘La procession du Saint-Office’ (à la droite, en l’occurrence), voire dans ‘Le Chien’, où l’espace vide occupe la plus grande partie du format vertical du tableau, ne laissant qu’une petite partie en bas pour le talus et la tête à moitié enfoncée. De même, sont déportées dans un coin de la composition ‘Les Parques’, ‘Asmodée’, voire, à l’origine, ‘le Sabbat’, quoique ce déséquilibre fût perdu après la restauration des frères Martínez Cubells.

Plusieurs ‘Peintures noires’ de Goya sont devenues de véritables icônes à la fois dans le monde artistique et la culture contemporaine espagnole.

Les ‘Peintures noires’ sont exposées au Musée du Prado à Madrid:

  • ‘Pèlerinage à la fontaine de San Isidro’
  • ‘Saturne qui dévore son enfant’
  • ‘Un vieux et un moine’
  • ‘Sabbat des sorcières’
  • ‘Leocadia’
  • ‘Deux hommes luttant’
  • ‘Le chien’
  • ‘Judith et Holopherne’
  • ‘Deux vieux mangeant’
  • ‘Hommes lisant’
  • ‘Femmes riant’
  • ‘Les Parques’
  • ‘Procession du Saint-Office’
  • ‘Asmodée

 
Documents published recently
 
The Last Supper painting is a masterpiece by the legendary artist Leonardo da Vinci. The actual painting was made on hard plaster, which has been restored several times. The Last Supper painting is a masterpiece by the legendary artist Leonardo da Vinci. The actual painting was made on hard plaster, which has been restored several times. The Last S...
- 4Kb
 
"The Women of Klimt, Schiele and Kokoschka" exhibition explores the numerous and almost obsessive depictions of women painted by Gustav Klimt, Egon Schiele, and Oskar Kokoschka. It opened at the Belvedere Palace & Museum in Vienna and is on view from October 22 to February 28. "The Women of Klimt, Schiele and Kokoschka" exhibition explores the nume...
- 3Kb
 
While many are familiar with the term “starving artist,” this stereotype of impoverished artists struggling to get by has been sadly true throughout much of history. Fine art painters in particular are infamous for leading poverty and grief-stricken lives. While many are familiar with the term “starving artist,” this stereotype of impoverished arti...
- 6Kb
 
Whether you’re buying art in the interest of investment, collecting, or interior decorating, minimalist pieces have a rare appeal. Steering away from the figurative work that defined previous periods in art history, post-1945 Italian, German, and Austrian pieces grapple with the metaphysical. Whether you’re buying art in the interest of investment,.....
- 4Kb
 
Nowadays, Gustav Klimt’s “The Kiss” stands among the most romantic artworks ever painted in the world. However, it hasn’t always been so. Nowadays, Gustav Klimt’s “The Kiss” stands among the most romantic artworks ever painted in the world. However, it hasn’t always been so. Painted at the height of the artist’s “Golden Period,” the Kiss features t...
- 4Kb
 
More details..
 
  
-- -- -- -- -- -